Chapitre Cinq

fondnoir

Chapitre Cinq


 

            20 h 09. Nous étions les yeux dans les yeux. Elle avait un maquillage léger, un regard foncé gris vert étonnamment transparent, et bizarrement impénétrable. La question était de savoir ce qu’il pouvait bien se passer dans cette petite tête blonde. Je la savais bien petite bourgeoise coincée, mais là, elle ne décoinçait pas. Bon. À trois pas d’elle, presque face caméras, le Glock bien en main sans aucun tremblement, je la dévisageais comme si l’on était deux potos qui ne s’étaient pas revus depuis des lustres. Et je comprenais que dalle à ce qui pouvait bien se passer dans sa petite tronche de coincée refoulée. J’entendais bien comme un petit bruit venant de sous son vaste plateau en plastique qui lui servait de présentoir à potiche, mais par délicatesse pour elle, devant la France entière, je n’allais pas chercher à savoir si c’était parce qu’elle se pissait dessus ou pas.


— Barrez-vous ! Allez faire vos conneries ailleurs ! Qu’est-ce que vous voulez d’ailleurs ! Y’a rien ici ! me lança un baraqué en costard cravate qui avançait du fond des coulisses avec détermination et l’air furibard.


Je replongeais dans le lac sans fond de ses yeux pers vert [1]. Puis j’alignais sans hésitation cet abruti.


— NON ! Jean-Mi, NON ! cria la Pix en se retournant d’un coup sur son tabouret rotatif. NON !


Nous étions tous d’accord. Il était 20 heures et 12 minutes et l’on pouvait discuter sereinement en direct.


— Qu’est-ce que vous voulez ?... Vous êtes venus jusqu’ici pour quoi ?... qu'elle me susurre.


          Il y avait une certaine douceur dans le fond de sa voix qui contrastait avec le vide de ses pupilles écarquillées. Il y eu un grand silence sur le plateau. Visiblement, la régie avait décidé de me filmer en très gros plan après m’avoir cadré large au début. Je pouvais me voir en gigantesque sur l’écran digital qui faisait décor, avec ma peau aux pores dilatés, légèrement scintillante de la sueur qui commençait à m’envahir doucement. Ce que je voulais ? C’était pouvoir parler de tous ces interdits débiles qui nous empêchent de se promener seul sur une plage, de ces cons de flics qui surveillent l’immensité du littoral pour choper le profiteur d’espace, le profiteur de plein air et de solitude. 135 € la balade ! c’est pas exagéré ça ? Et en prime ces connards te culpabilisent. Presque c’est toi qui propage le virus. Je m’en fous tu m’diras, j’y vais jamais à la mer ! Mais de voir ces cons à la télé ça m’énerve ! Pourquoi personne ne dit rien ?... Un vide contagieux passait des mirettes de la belle endormie à mon cerveau qui était en train de s’endormir tout seul lui aussi. Et pendant ce temps là ça cavalait sec comme des rats en arrière boutique ! Les durs du RAID prenaient place derrière tout ce qui pouvait cacher un homme. Ça devenait coton pour moi. Fallait que je me magne. Ce que je voulais ? Je l’avais noté sur un papelard. Je commençais à fouiller mes poches lorsque tous les manurhins de ces grossiers sortirent de leur cachette pour m’aligner la hure…


— Bouge pas ! me causa une voix mâle venue de par là-bas…


          Je pressais le Glock contre la tempe d’Anne-Sophie pour mieux me faire comprendre. Sa tête penchait un peu de côté sous la pression. Elle me regardait de travers, mais pas vraiment non plus.


— Doucement ! continua l’alpha sans torts, Doucement ! On peut discuter ?


— C’est écrit sur mon papier ! que j’y dis, et après je me barre…


— C’est pas trop long au moins ?...


           (Je ne parle pas aux cons…) Je cherchais mon putain de papier dans mes fouilles. La nervosité me faisait perdre mes moyens. Je ne le trouvais pas… Anne-Sophie leva doucement un doigt comme pour parler en bonne élève qu’elle aurait dû rester.


— Je l’ai lu votre papier. Ce matin… Vous l’avez oublié sur mon bureau.


Je poussais davantage sur sa tempe.


— Et alors ?


— Ça ne vaut rien ! Partez pendant que vous le pouvez…


           Pantois ! J’en restais pantois… Elle se foutait de ma gueule en direct ! Et en plus elle me balançait ses conseils à la mords-moi-l’nœud ! Il y eu de la nervosité aussi dans le fond, les mecs commençaient à être sérieusement à cran. Un caméraman sans doute trop ému par la tension environnante perdit connaissance et s’affaissa en emportant avec lui la lourde caméra sur roulettes qu’il baladait partout sur le plateau. Au moment de l’impact de l’engin au sol, il y eut un formidable craquement. Moi-même j’en sursautais, et sans le faire exprès je fis sauter malencontreusement la tronche de Lapix. Le coup était parti tout seul !... Et là je n’entendis plus rien du tout… J’ai bien dû encaisser une tonne de ferraille à ce moment là…




 

          Je ne peux pas dire que ça fasse vraiment mal…

Mais quand même, ça abime un peu.






[1] Ouais je sais, personne n’a jamais entendu parler de cette couleur. C’est le moment. Je la place. Pers = ce qui tire sur une autre couleur, c’est bleu-vert, vert de gris, bleuâtre, verdâtre, glauque, olivâtre…

fondnoir

Page

Réalisation cyber-expert.com